48,9° CELSIUS
FORCHINO
Installations – Série ME NE FREGO
Partie II – 17 OCTOBRE > 8 NOVEMBRE 2020
Partenaire de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes organisée par le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, l’exposition fait aussi partie de “BD 2020”, évènement qui célèbre le 9ème Art, organisé par le Ministère de la Culture.


À quel degré nous reflétons-nous dans les images qui racontent un monde brûlant d’urgence ? Quelles attitudes 
redessiner pour habiter ce monde ?

 

La série d’installations ME NE FREGO1 de l’artiste Guillermo Forchino nous confronte à la problématique environnementale contemporaine avec l’humour corrosif, la parodie et l’ironie qui caractérisent son œuvre. Après une première présentation en octobre 2019 à Rosario en Argentine, la série s’enrichit d’une nouvelle création, CELSIUS2, réalisée par l’artiste à la suite des incendies dévastateurs en Australie, 48,9° étant la température enregistrée en banlieue de Sydney le 4 janvier dernier.
L’exposition prévue pour le printemps puis reprogrammée pour cet automne, retrouve après confinement son sujet surligné d’un double trait, tout aussi ardent.

Guillermo Forchino travaille avec l’esthétique du caricare3, de l’italien “charger, déformer”. L’artiste exagère aussi bien les traits physiques que psychologiques des personnages, mis en scène comme sortis d’une bande dessinée4. Le grotesque et le comique riment étrangement avec nudité tant ces êtres, dans leurs attitudes, expriment sans retenue leurs états d’âme, émotions, questionnements, voire leur « je-m’en-foutisme » sur les enjeux écologiques.

Si la dérision accompagne le côté outrancier de ces créations, le rire peut être grinçant même incommodant. De quelle manière le spectateur focalise-t-il son attention ? Est-ce qu’il se projette et s’identifie dans ces personnages qui reflètent quelque part sa propre réalité ?

La scénographie s’appuie sur l’effet miroir et sur l’attitude du spectateur pour réinventer l’exposition. Un dispositif immersif propose au visiteur une rencontre expérimentale de l’œuvre bousculant sa zone de confort. Celui-ci est contraint à ne pas être seulement témoin extérieur mais acteur. Il participe à la trame visuelle et narrative de l’exposition parallèlement aux personnages de Forchino.

Les protagonistes de 48,9° CELSIUS voguent ensemble dans les eaux du dérèglement. L’exposition porte son message comme une bouteille à la mer.

Maria COSATTO
Scénographe, Commissaire d’exposition
Responsable artistique ON-OFF STUDIO

 

1  ME NE FREGO : expression italienne qui signifie « je m’en fous », très utilisée en Argentine, pays de forte immigration italienne d’où est originaire l’artiste.
2  CELSIUS, 2020 : cinquième installation de la série ME NE FREGO créée par Forchino pour l’exposition à ON-OFF STUDIO.
3  Caricare : à l’origine du mot caricature, qui veut dire “charger” au sens propre comme au sens figuré.
4  À l’initiative du Ministère de la Culture, 2020 a été décrétée l’année de la Bande Dessinée.